Vous êtes à la page : Démarche

 

 

Démarche

Dans mon travail, trois éléments ont presque toujours été présents : la terre, l’écriture et surtout le bol. Depuis de nombreuses années, loin de l’usage, le sens symbolique et poétique de cet objet universel retient toute mon attention. Ce fut l’objet de nombreuses séries «L’or de la fêlure», «Constellation du bol», «Effleurée», «Le chemin du bol » ...
 
Au fil des jours, répété comme une méditation au pinceau, mon dessin épuré du bol a donné naissance à une écriture imaginaire que j’ai nommée la Bolographie.

Comme l’écriture cunéiforme, la Bolographie n’est pas lisible au premier regard, seul mon pinceau connaît le code de cette écriture surgie dans l’atelier. Son décryptage reste ouvert à l’imagination . 

Ce travail sur le signe m’a amenée, peu à peu, à m’intéresser aux objets écrits, mais illisibles par moi, en provenance des fouilles du monde entier. En les observant, j’ai commencé à élaborer des formes archétypales, tentative de synthèse de ce que j'observais : cônes, disques, stèles, clous... sur lesquels ma graphie s’inscrit. Des références littéraires m’ont aidée à leur insuffler une dimension poétique (Roberto Juarroz , Victor Ségalen ...) . Ces œuvres ont été dessinées à la pierre noire, peintes à l'encre ou réalisées en terre cuite enfumée. 

 Depuis deux ans les séries à l'encre se sont succédées en petits et grands formats :  "  Stèles", "Florales" et tout dernièrement " Girelles"

En parallèle, je poursuis un travail de livres d'artiste, réalisés seule ou en collaboration avec des écrivains.

 

Pourquoi les bols?

Cliquez sur l'image Pourquoi les bols? pour la voir en grand - Donaint-Bonave - Pourquoi les bols?
Parce que...
Parce que j'aime la terre qui les a façonnés
Parce que … tourner, émailler, cuire…

Parce que j'aime le raku et les haïkus.
Parce qu'ils chantent sous la main du musicien.

Parce que j'y retrouve toute la problématique de la sculpture.
Parce qu'à un vide doit répondre une courbe.
Parce qu'ils sont objets de méditation.

Parce qu'ils sont modestes.
Parce qu'ils sont dans toutes les civilisations.
Parce qu'ils sont liés à l'idée de partage et d'accueil.
Parce que j'aime les gestes qui leur sont associés.

Parce que la lumière leur tourne autour.
Parce que leurs courbes jouent avec la couleur.
Parce que leurs fêlures peuvent être recouvertes d'or.

Parce que ma peinture a besoin d'un sujet.
Parce que le sujet-bol s'efface derrière le sens,
Parce qu'il me permet de ressentir, de réfléchir sans s'imposer.

                                       AMDB 2005